Jean Epstein : « goûter favorise l’apprentissage du langage »

Jean Epstein : « goûter favorise l’apprentissage du langage »

Le goût aide au développement du langage chez l’enfant. C’est le constat que dresse aujourd’hui, études à l’appui, Jean Epstein, psychosociologue, expert de la petite enfance.

 

Selon lui, goûter différentes textures, différentes saveurs, dès six mois aide l’enfant à communiquer et à, plus tard, s’exprimer. Alimentation et langage sont liés dès les premières heures de vie.
Le plaisir, la curiosité, la diversité sont, selon Jean Epstein, les maîtres-mots de cet apprentissage au goût qui peut commencer dès 4 ou 6 mois.

Entretien.

 

 

 

 

 

 

Jean Epstein goût goûter repas alimentation santé langage neurosciences

Les menus enfants c’est catastrophique. C’est une certaine idée de l’enfant. Ca veut dire enfermer leur goût ! 

 

 

 

Le travail éducatif est très important en éveillant les goûts, en développant chez l’enfant une curiosité alimentaire. Cette curiosité va se transformer en exigence. 

 

 

 

∴ L’essentiel ∴

 

→ Il a été démontré que plus un enfant a pris plaisir à découvrir des saveurs nouvelles, des textures différentes, à mâcher, à sentir les aliments, plus il a de plaisir à communiquer à l’oral et plus il a un niveau de langage élevé.

→ Le cerveau comporte 3 zones : le cerveau gauche qui contrôle plus la logique, le cerveau droit qui contrôle davantage la créativité et la zone lymbique dédiée à l’affectivité, ce cerveau central commande les 2 autres. Quand un enfant apprend et prend plaisir à manger, ça alimente cette zone et le cerveau fabrique des hormones du plaisir et les communique dans la zone du langage.

→ Les néophobies alimentaires : l’enfant refuse de manger ce qu’il ne connait pas. Cette problématique ne se présente jamais avant l’âge de 2 ans. On peut donc l’éviter en proposant des aliments variés dès 4-6 mois.

→ La règle d’or : la diversité des goûts et des saveurs !

→ Goût grillé au Québec : les enfants qui ont toujours mangé pareil et qui ont des papilles incapables de reconnaître les différents goûts. Pour les rééduquer, les orthophonistes travaillent avec des études scientifiques basées sur les travaux du français Jacques Puisais.

→ Le bébé a un spectre au niveau des papilles bien plus large que l’adulte et plus ses papilles sont exercées plus elles restent intactes sinon le gout et l’odorat sont des sens qui se referment.

→ On peut aider aux apprentissages en faisant les courses et en cuisinant avec les enfants. L’enfant peut, très tôt, participer à la préparation du repas.

→ Aussi souvent que possible, il faut essayer de prendre le temps d’être assis, de prendre le repas ensemble.

 

 

⇓ POUR PODCASTER LE REPORTAGE C’EST ICI ⇓

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *